Publication

Analyse prospective du degré d’autosuffisance alimentaire du département de Fatick au Sénégal

Ce mémoire s'intéresse à l'autosuffisance alimentaire du département de Fatick au Sénégal à l'horizon 2035. Quelle est la capacité de ce territoire à nourrir sa population et comment cette capacité pourrait-elle évoluer ? 

Présentation

Lire la présentation complète

Présentation complète

L’autosuffisance alimentaire, autrement dit, la capacité d’un territoire à subvenir aux besoins alimentaires de sa population, est un débat de société de longue date. Le Sénégal affiche cette volonté à travers ses politiques alimentaires. En outre, le gouvernement promeut une politique de décentralisation qui vise à atténuer les inégalités du territoire grâce au développement de territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable (Gueye, 2020). Pourtant, force est de constater que les questions alimentaires sont peu discutées à l’échelle du territoire. C’est pourquoi le département de Fatick, un département principalement agricole, a été étudié. Le département de Fatick est principalement menacé par le phénomène de salinisation de ses sols. Ce phénomène réduit progressivement les terres exploitables pour l’agriculture, car les cultures ne supportent pas des concentrations de sel si élevées.

L’objectif de ce mémoire est d’analyser la capacité du territoire du département de Fatick à nourrir ses quelque 450 000 habitants. La question est abordée sous un angle descriptif et prospectif. L’angle descriptif présente la situation actuelle tandis que l’angle prospectif donne des trajectoires d’évolution de la capacité du territoire à nourrir sa population à l’horizon 2035. Pour ce faire, trois scénarios prospectifs ont été construits ; un scénario tendanciel, un scénario agroécologique et un scénario d’intensification conventionnelle.  

Les résultats montrent des niveaux d’autosuffisance contrastés. Les produits les plus sujets à une dépendance extérieure à la production du département de Fatick sont le blé, le lait et le riz puisque le territoire ne produit pas de blé et qu’il n’est autosuffisant que de 1 et 16 % en lait et riz. En revanche, l’autosuffisance est dépassée notamment en céréales et en poisson. La scénarisation de l’évolution de l’autosuffisance a montré que l’offre serait principalement déterminée par trois moteurs de changement ; le phénomène de salinisation, le niveau de diversification des cultures et le niveau d’intensification de la production.  Par ailleurs, la demande alimentaire future sera influencée par la hausse démographique de 50 % à l’horizon 2035 et potentiellement par un changement de régime alimentaire.

Au terme du travail, une série de pistes de réflexion, mais aussi de questions abondent à l’intention des acteurs. La plus criante serait de savoir quelle trajectoire les acteurs du système alimentaire emprunteront. A cet égard, le mémoire se voit comme un outil d’aide à la décision qui pourrait contribuer à construire aujourd’hui, le système alimentaire qu’ils veulent demain.

Mots-clés

Suivre notre travail

Design & Développement : Floriane Le Roux, Graphic Toolkit |  © Sytra 2020  |  Crédits et mentions légales

Logo Sytra vertical